Liste des produits de la marque Tajine Banane

Take away milk

Nous nous sommes lancés le 6 Août 2018 et cette aventure ne fait que commencer !

Incognito

Allaiter ne devrait pas être synonyme de compromis
entre le confort et le style : Tajinebanane c’est l’assurance d’allier l’utile à l’agréable.

Vos vêtements Tajinebanane disposent d’ouvertures
sur les côtés, discrètes, refermées par des pressions
ou des zips qui vous permettent de porter vos vêtements préférés et de les ouvrir pour accéder à votre poitrine.

C’est également une coupe innovante qui confère
praticité et discrétion, et qui fait d’ailleurs l’œuvre d’un dépôt à l’INPI.

Matière

Vos vêtements sont conçus de A à Z
dans un atelier écoresponsable, éthique et familial
au Portugal. Toutes nos coutures sont renforcées pour supporter les pressions, car nous savons que l’on peut ouvrir et fermer son Tajinebanane plus de 15 fois dans la même journée !

Le coton choisi pour nos vêtements, certifié Oeko-Tex®
ou biologique, est qualitatif et épais, indispensable pour parer les fuites de lait et permet de porter vos sous-vêtements préférés, sans risque de transparence.

Design


Tajinebanane s’associe avec des artistes et des marques pour notre plus grande fierté :
Coucou Suzette, Studio Roméo ...
Pour ne citer qu’eux !

Adopter un tee-shirt Tajinebanane, c’est bénéficier de
sa coupe unique, profiter de son univers graphique autour de la maternité, et enfin arborer fièrement des messages drôles et engagés.

Juste avant de sortir


Tajinebanane est né un matin dans un lit, et juste avant de sortir du lit, moi je boude car
« Je n’ai rien à me mettre ».

Je sais, c’est LA phrase classique féminine, mais lorsqu’on allaite elle prend souvent toute son ampleur !

Très peu modeuse dans l’âme, plutôt adepte du jean/ basket classique, je râle : « je veux mettre CE tee- shirt, mais je ne peux pas ! Si j’allaite, on va voir mon ventre ! »

Sentiment justifié par ma récente mésaventure.

À 33 semaines


Opérée une première fois à 33 semaines de grossesse d’une vilaine appendicite, j’ai ensuite eu une césarienne en urgence le 31 janvier 2018. Nous sommes restés plus de 20 jours à l’hôpital car j’ai dû subir de nouveau une opération quelques temps après l’opération de Lou …

Mes traitements médicaux, soins et anti-douleurs étaient incompatibles avec l’allaitement.
Lou était donc nourri au lait artificiel de maternité, et à mesure que les jours avançaient, je constatais de plus en plus de pansements sur mon ventre, et des seins de plus en plus vides.

Le dernier biberon

Le samedi 17 février 2018,
le dernier biberon est donné dans la chambre 203.
Je regarde mon bébé : il est si beau, et moi tellement abîmée… 19h30, nous sommes enfin chez nous. Tout est prêt. Papa s’est occupé de tout.
Le lait, les biberons.

Mais à peine arrivée à la maison, je ressens une force.
Un instinct peut-être, en tout cas un je ne sais quoi
qui me dit de me faire confiance.
Je voulais une autre fin de grossesse, je n’aurais jamais imaginé dans mes pires scénarios catastrophes un tel accouchement.

Mais merde, je ne veux pas à nouveau subir en abandonnant l’allaitement.

Alors, je mets Lou au sein. Il s’énerve, il le rejette. Je tiens bon, je refuse de donner un biberon.

Les jours passent, on le pèse, petit à petit il prend du poids, mes seins se tendent, et la boîte de lait restera définitivement fermée.

Les premières sorties, je cherche le confort, la praticité, et l’idée d’exposer mon ventre m’est impossible.
Je lance à mon amoureux :
« Pourquoi il n’y a pas de tee-shirts stylés et pratiques pour allaiter ? »

Ce à quoi il répond : « Et bien fais-le ! »

Aide-soignant

L’idée est folle, aide-soignante de métier, je sais prendre soin de mes patients, faire un clafoutis, m’occuper de mes 3 enfants, mais non :
je ne sais pas faire de tee-shirt !

Il n’aura pas fallu plus d’une dizaine de jours pour que mon croquis prenne forme dans l’atelier de ma couturière à deux pas de l’océan. Quelques mails, rdv et coups de fils (joke de couturière),
me voilà avec mon Lou en partance pour le Portugal.

L’usine est choisie, petite, familiale, le patron est une patronne, et une future maman de surcroît.
Ils prennent alors en charge mon projet
et m’aideront à lui donner vie.

Notre salon s’est retrouvé du jour au lendemain plein de cartons, nouvelle déco, « un mélange de qu’est-ce qu’on est en train de faire et de on va le faire ! »

Je devais reprendre le chemin du boulot et mon petit frère, en vacances chez moi le jour du lancement n’aurait jamais pu deviner que notre chambre d’amis deviendrait sa coloc (haha).

En effet, il n’est jamais reparti de Tajinebanane et je n’ai jamais repris mon travail.
Je n’avais même pas d’ordinateur, de plans, aucune de mes projections ne pouvait imaginer un tel engouement et aujourd’hui, 8 mois plus tard grâce à vous, nous travaillons tous deux avec nos conjoints et mes enfants, comme meilleurs supporters, dans le seul et unique but : permettre aux mamans d’ici et d’ailleurs de rester nomades, libres et fières de leur allaitement et cela,
partout et tout le temps.

La suite de cette histoire ? Écrivez-la à nos côtés …

Ali.